Elles ... Revenir

éditions Tirésias - Michel Reynaud
jeudi 15 novembre 2018

L’auteur
Gisèle Guillemot est née en 1922 à Mondeville (Calvados). Elle entre en Résistance fin 1940, participe activement aux commandos de la région de Caen contre l’occupant allemand (sabotage de train …) Arrêtée en juillet 1943, elle est condamnée à mort mais sa peine est commuée et elle est déportée à Ravensbrück et Mauthausen. Elle regagne la France en 1945. Habitée par une force de vie qui ne se dément jamais, elle apportera toute son énergie à témoigner auprès des jeunes. Elle écrit de nombreux articles et publie plusieurs livres. Elle raconte sa déportation dans « Entre parenthèses, de Colombelles à Mauthausen », qui reçoit en 2002 le prix de sociologie et d’histoire de l’Académie Française. Elle est Commandeur de la Légion d’honneur. Elle meurt en 2013 à Paris.
« Elles … Revenir » est son dernier livre.

Le livre « Elles … Revenir »

Gisèle Guillemot dit le retour de ces déportées : à la sortie du camp de Ravensbrück, beaucoup d’entre elles se retrouvèrent démunies, isolées, incomprises : implacable dureté des temps d’après-guerre, la question du suicide n’est pas éludée. Mais Gisèle Guillemot réussit à nous rendre ces femmes proches et attachantes. Même si les faits et les situations sont exacts, l’auteur prend le chemin de la fiction, elle recrée Yvonne, Marianne, Mouton, Eliane et les autres…

La lecture

Laure-Marie Lafont, comédienne, a choisi sept récits qui composent un parcours d’une heure. Ce texte concis et ces histoires poignantes prennent toute leur dimension grâce à une lecture sobre, épurée, soutenue par la musique originale composée et jouée au violon par Emmanuel Galliot.

Extrait : Les Mères

« Après leur passage à l’hôtel Lutetia à Paris, pour un contrôle d’identité, elles étaient une vingtaine de femmes à rentrer chez elles dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme. Maintenant, brutalement, elles avaient été arrachées à cet univers, où tant bien que mal, pour un petit nombre, sans savoir très bien pourquoi ni comment, elles avaient survécu. Mais elles n’avaient pas encore retrouvé l’ancien, elles étaient derrière la porte de leur vie d’hier, et ne savaient pas ce qu’elles allaient trouver quand elle serait ouverte. Les plus angoissées étaient les mères, surtout celles qui avaient laissé de très jeunes enfants. Mille questions se bousculaient dans leur tête. »


Navigation

Articles de la rubrique

  • Elles ... Revenir